On The Way Of Storms - Tornado Alley - Movie

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Belgorage Index du Forum -> Connaissances des orages -> Publications, conférences, livres, sites internets, documentaires,...
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Michael Baillie
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 22 Mar 2010
Messages: 3 837
Localisation: Namur

MessagePosté le: Dim 5 Jan 2014, 14:44    Sujet du message: On The Way Of Storms - Tornado Alley - Movie Répondre en citant

Basé sur des faits réels, la réalisation du film "On The Way Of Storms" apporte une manière originale d'approcher les orages sévissant dans les grandes plaines des États-Unis. N'autorisant que les sons d'ambiances au niveau de la trame sonore, le film n'en demeure pas moins informatif par la présence de nombreuses notifications guidant le spectateur à travers toute l'aventure. De plus, une série de dossiers (en cours de conception) reprenant les orages observés durant le film permettont de connaitre le contexte météorologique qui prévalait durant ces offensives. Pour aider l'internaute à s'y retrouver, une liste de références au niveau des timecode a été érigée afin que le spectateur sache à quel orage du film correspond tel ou tel dossier. Voici le lien : On The Way Of Storms - Liste de références

Comme vous l'avez certainement deviné au paragraphe précédent, 'On The Way Of Storms' est un documentaire / fiction et nous insistons sur ce fait pour démontrer qu'il est logique que les événements évolueront différemment par rapport au déroulement réel de ceux-ci durant le séjour de l'équipe à la Tornado Alley. L'idée de la fiction s'est concrétisée suite à deux volontés. Premièrement, nous ne voulions pas présenter qu'une suite d'événements un par un, au jour le jour, ce qui aurait pu être vite redondant. Deuxièmement, l'angle fictif apporte un côté 'inattendu' et même l'internaute connaissant les événements qui se sont déroulés durant le séjour devrait être en mesure d'avoir des effets de surprises.

Enfin, si on doit caractériser le film, celui-ci a été conçu dans la même lignée que nos différents courts métrages à succès, sur base de séquences illustratives naturelles. Hormis le côté immersif dont le spectateur bénéficie avec ce type de conception, l'élaboration d'un scénario fictif donne un certain rythme à ces séquences tout en apportant un lien entre-elles. En outre, les traqueurs d'orages sont présents mais d'une manière secondaire par rapport aux événements météorologiques.

À présent, nous pensons que le moment est venu pour vous de découvrir l'une de nos productions audiovisuelles les plus abouties depuis la création de Belgorage.


 

Avec 'On The Way Of Storms', embarquez dans une aventure en compagnie de nos trois traqueurs d'orages belges et observez avec eux l'évolution des orages au sein de la légendaire Tornado Alley. Avec le son d'ambiance comme unique voix-off, vous serez plongez dans le monde des orages américains comme si vous y étiez. Mais attention, si au départ, la quête semblera exempte de dangers, certaines prévisions alarmantes annoncent des événements peu rassurant... Etes-vous prêt pour l'Outbreak ? 

Pour obtenir une liste des chapitres du film, nous vous invitons à suivre le lien suivant : On The Way Of Storms - Liste des chapitres

------------------------------
Co-fondateur et responsable de la section photos et vidéos du site Belgorage.
http://www.belgorage.com


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: Dim 5 Jan 2014, 14:44    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Nicolas Baluteau
Collaborateur de Belgorage

Hors ligne

Inscrit le: 22 Mar 2010
Messages: 527
Localisation: Villeurbanne (69), France

MessagePosté le: Mar 7 Jan 2014, 17:57    Sujet du message: On The Way Of Storms - Tornado Alley - Movie Répondre en citant

Bonjour à tous et toutes !

Je viens de visionner le film dans son intégralité. Je n'ai malheureusement plus le temps de détailler, je le ferai demain. Mais quelques points vite fait sur mon impression :
- Enorme potentiel dans ce film, je veux dire dans la capacité à donner un regard différent, fondé sur le ressenti, l'attente (longue attente !) de l'évènement, l'évènement lui-même vécu "hors champ" ce qui procure une émotion là encore particulière. Plus que contemplatif, par moments on en atteint presque le stade du film méditatif, au vrai sens de la recherche de la pleine conscience des éléments environnants dans la durée.
Mention spéciale aussi, à la fin, pour ces longues images de destruction, d'une tristesse infinie et desquelles transparaît, étrange paradoxe de la part de ce peuple si volontaire et "self-made", un sentiment de fatalité et de résignation dans la patiente amorce de reconstruction.

Le thème, orages et tornades aux USA, est connu dans notre milieu et on a tous visionné des kms de vidéos là-dessus mais ici, faut manifestement abandonner tous ses repères en termes de réalisation et d'esprit. Ce long-métrage lorgne clairement du côté de Mikrokosmos ou de Koyaaniskatsi, deux très beaux long-métrages eux aussi sans la moindre voix off, mais l'un porté par des séquences aux rythmes variés (combats, processions, immobilité, longue et très belle naissance d'un moustique...) et l'autre par un message et une musique au souffle puissant.

C'est là que j'aurais quand même, en comparaison avec ces références, 2-3 choses à dire, que beaucoup de critiques je pense ont ressenti et cherchent aussi à dire. Je les expliciterai demain mais sinon j'insiste : pour pouvoir rester objectif dans la critique, il faut vraiment s'enlever de la tête les références habituelles et s'interroger sur le sens profond recherché par cette oeuvre.

A demain Wink


Revenir en haut
Cyril Vigneron
Collaborateur de Belgorage

Hors ligne

Inscrit le: 07 Jan 2014
Messages: 30
Localisation: Cambrai

MessagePosté le: Mer 8 Jan 2014, 11:47    Sujet du message: On The Way Of Storms - Tornado Alley - Movie Répondre en citant

Je me permets ici de donner mon avis personnel.

Le film, que j'ai aimé, est justement ce qui m'a décidé a venir m’inscrire sur ce forum.
Pourquoi ? Parce que je m'y suis retrouvé dans la manière d'aborder les orages. Le côté observateur, le calme, la gradation dans le film qui amène vers les dégâts que l'on connaît...
Mais aussi sur le côté "scientifique", je n'ai pas cette prétention de tout comprendre car je ne suis pas très calé dans ce domaine mais cela ne m'empêche pas d'observer, lors de mes sorties, et de me demander sans cesse "qu'est-ce qu'il se passe ?" en regardant le ciel.

Ciel justement dont j'ai le sentiment que beaucoup de personnes ont relégué au second plan tant ils sont concentrés sur les radars et autres d'où cette perte de sensibilité par rapport à la pluie et au vent et le fait de les observer pour en déduire des tas de chose (ce n'est qu'un avis, une hypothèse, je n’affirme rien.)

Ce qui m'a plu aussi, c'est la différence, pourquoi toujours faire comme tout le monde ? Pour être tendance ? Pour plaire au plus grand nombre ? La "Moutonisation" ne m'a jamais séduite...
Même si les vidéos pleine d'action me plaisent aussi, laissons la place a des style différents plutôt que de se plier au conformisme.

Je précise ici que ce n'est que mon avis, j'espère qu'il sera respecté et qu'on ne cherchera pas à dicter ma conduite. Wink
(Précision : Le message est a lire avec un ton calme, posé et sans colère, je me méfie de l'écris qui, souvent, engendre des conflits.)

Cyril


Revenir en haut
Nicolas Baluteau
Collaborateur de Belgorage

Hors ligne

Inscrit le: 22 Mar 2010
Messages: 527
Localisation: Villeurbanne (69), France

MessagePosté le: Mer 8 Jan 2014, 12:12    Sujet du message: On The Way Of Storms - Tornado Alley - Movie Répondre en citant

Salut à tous et toutes

Je peux maintenant ajouter mon commentaire comme promis plus haut, maintenant que j'ai entièrement visionné tout le film.

Pour l'impression générale, je renvoie à ce que j'ai déjà mis plus haut. On sent, c'est vrai, et ce que certains n'ont peut-être pas encore compris, l'intention qui est non pas de "montrer ce qui est", mais de "faire sentir ce qu'on a ressenti". D'où la subjectivité, les choses qui peuvent éventuellement manquer... Et je pense moi aussi qu'un certain nombre de ceux qui critiquent l'ont aussi ressenti et admis comme tel.
Alors en fait, au début je me suis fait en gros les mêmes réflexions qu'une bonne partie d'entre vous, séquences un peu longues tout ça, et lisant ensuite les explications de Mick, au-delà de tous ces ressentis, je crois avoir compris que le problème en réalité pouvait se situer ailleurs, dans la méthode même de narration. je m'en explique plus bas :


LE FOND

Les plus :

- le caractère exhaustif du traitement du sujet qui englobe toutes les manifestations orageuses. De ce fait, le regard est moins partiel, plus réaliste dans la durée et on ressent physiquement l'attente, contrairement à ce qui se passe dans la plupart des vidéos existantes qui se focalisent sur le seul aspect spectaculaire (mais leur but n'est pas de donner la même vision des choses non plus, ce n'est donc pas une critique).
- le caractère original du regard par rapport à ce qui se fait habituellement. Personnellement certaines séquences sont ce que je rêvais de voir depuis si longtemps.
- Un autre aspect intéressant : le vécu de l'évènement "hors champ". C'est là qu'il ne faut pas confondre critique objective et ressenti subjectif. Contrairement à ce que pensent ceux qui ont dit que Belgorage avait en gros raté sa chasse parce qu'ils ne se trouvaient pas là où ça pétait, moi je dis "non, ce n'est pas un ratage. ça relève encore une fois d'une approche différente, ou en tout cas ça le sera devenu même si ce n'était pas volontaire au départ (?). A-t-on oublié que dans les films d'horreur, les scènes les plus marquantes sont souvent celles où le monstre est justement hors champ ou lorsqu'on découvre le carnage une fois perpétré ? Moi perso, j'ai trouvé ces scènes dans les rues désertes d'Oklahoma City très fortes émotionnellement.
- La différence de regard se sent aussi dans cette façon pour l'équipe de se mettre complètement en retrait. Là aussi, il s'agit d'une volonté délibérée, qu'on retrouve dans bien d'autres longs-métrages du même tonneau, et qui s'explique là encore : il ne s'agit pas de raconter l'épopée d'une équipe, mais de rendre hommage aux éléments et aux hommes qui les subissent.

Les moins :

- Tout d'abord, le choix même de la fiction était une bonne idée, mais pour moi vous n'avez pas été assez loin. A mon avis, il aurait fallu carrément réinventer le scénario pour le couper complètement de la réalité. Ici, honnêtement, j'en suis arrivé à oublier le caractère fictionnel du scénario et m'imaginer que les faits se sont réellement déroulés comme ça. L'outbreak a réellement eu lieu, on le sait, Le descriptif chronologique des interventions et mesures prises par les autorités à Oklahoma City par ex sont vraies aussi. Le message est perturbé, on ne sait plus trop ce qui est vrai chronologiquement, et ce qui est faux.



LA FORME

- Bonne idée le décompte avant l'arrivée de l'outbreak ça maintient la tension.
- Les génériques : celui du début est un peu long, indépendamment de toutes les autres "longueurs" relevant de choix délibérés. Je crois que certaines mentions comme la consultation des cartes radars, tout ça aurait du être insérées dans le générique de fin.
- Le générique de fin est superbe, toute ressemblance avec un autre célèbre générique de fin restant bien sûr entièrement fortuite Razz . Mais je pense que les textes insérés sur le devenir de la recherche aux USA auraient du l'être sans image, dans une séquence précédant le véritable générique.

J'en arrive maintenant à ce qui me semble être le problème central de tout le film, je crois l'avoir enfin compris et me permets de penser que ce constat est objectif. Même ceux qui ont entièrement apprécié le film l'apprécieraient -je pense- encore davantage si quelques petites choses étaient modifiées :
C'est le fait qu'on ne puisse à la fois être descriptif/narratif (documentaire pur) et donner à ressentir de l'émotion pure ou contemplative, état de fait probablement à l'origine du problème de perception de certaines séquences comme les séquences de pluie par ex. Contemplatives ? Elles auraient du être alors raccourcies, avec une illustration musicale. Descriptives comme nous le précise Mickael ? Alors elles pouvaient être plus longues en effet, chaque plan ayant son importance et son rôle à jouer dans la construction narrative. Mais il aurait fallu une voix off pour nous décrire chacune des étapes dans une optique documentaire plus classique. Ici on ne perçoit pas la trame chronologique de ce qui se passe et que Mick nous décrit dans un message précédent. Et si même les chasseurs les plus avertis ne le perçoivent pas, c'est à mon avis parce qu'à ce moment-là leur perception est branchée sur un autre mode.
C'est peut-être cela qui explique la sensation de "longueur" de beaucoup de séquences.
Le film pouvait tout à fait jouer sur les deux tableaux, uniquement contemplatif d'un côté et descriptif-narratif de l'autre, un peu à la manière d'un opéra qui alterne arias et récitatifs. Mais à ce moment-là il convenait je pense de séparer nettement les deux avec des séquences et des scènes filmés différemment : musique ou silence sur des plans éventuellement redondants mais pas trop longs d'un côté, et de l'autre des scènes et des séquences "d'action" ou de description reprenant le fil narratif général, ou narrant quelque chose de particulier (l'arrivée progressive d'un orage...), et reprenant alors les codes cinématographiques d'un docu plus classique (voix off ou incrustation de texte, montages plus serrés et surtout longueur générale variable, pas besoin de faire court.
Le problème ici c'est qu'on a voulu mélanger les deux, d'où ces scènes ou séquences où on donne à voir le déroulement chronologique d'une "action" météorologique mais sans voix off et du coup qui paraissent trop longues car en réalité, on ne suit pas le fil.

- le rapport voix off/ incrustation de textes. Je crois qu'il aurait fallu doser les deux, alterner voix off et incrustation de textes, tout en limitant au maximum le recours à l'un comme à l'autre pour préserver l'effet d'immersion émotionnelle. Les textes visuels auraient du être plus courts aussi, on a à peine le temps de les lire et du coup ça va à l'encontre de l'effet que vous recherchez puisque ça détourne l'attention de l'image. Quand il y a beuaocup à dire ou fréquemment comme justement dans une "action" en déroulement, la voix off me paraît la plus adaptée car elle ne détourne pas le regard de l'image. Par contre un texte court permet de temps en temps d'apporter une information utile, rapidement captée sans gêner le cours de l'ambiance sonore. Question de dosage, je pense.
Il existe certes des films sans aucune voix off qui vous scotchent devant l'écran du début à la fin. Mais ce sont des films au propos majoritairement contemplatifs alors qu'ici justement comme dit plus haut, on alterne immersion émotionnelle et narration. Ou alors il peut s'agir de films au message très simple comme celui de Koyaaniskatsi par exemple, qui tient en 3 lignes : la prophétie des Indiens Hopi. Beaucoup de séquences de OTWS m'ont fait penser à cette œuvre des années 80, notamment à ses très belles séquences du début tournées dans l'ouest des USA.
De plus, tous ces films de nature (Microkosmos aussi, Home, Océans...) sont portés du début à la fin par des musiques souvent émotionnellement puissantes, et où les instants de silence ou de bruit ambiant se sont rares... de ce fait ils gagnent beaucoup d'intensité (flagrant dans Koyaasniskatsi où l'effet de rupture brutale musique/silence est manifestement recherché) alors qu'ici trop étirés ils perdent de leur force (à mon avis le constat est là encore réellement objectif, relevant du caractère inévitable de certains rapport entre la technique utilisée et le fonctionnement de l'esprit humain).

- Concernant la musique maintenant. Les choix sont sympas, bien dans l'esprit du film. Par contre, j'aurais la même remarque que je me souviens avoir déjà faite pour une autre de vos vidéos. C'est à propos du montage de la musique sur les images : la cadence est trop... beaucoup trop régulière. Dans toutes les séquences purement musicales, les changement de plan s'effectuent quasi systématiquement, soit tous les 1ers temps de chaque mesure, soit toutes les deux mesures. A la base évidemment c'est très bien, mais le caractère systématique laisse s'installer un sentiment de monotonie. Je suis à peu près certain qu'inconsciemment, cette régularité un tantinet "mécanique" finissait par se percevoir et participer aussi à cette impression ressentie par beaucoup de gens. Perso je finissais par prévoir chaque changement de plan, et c'est un peu dommage. Même les œuvres musicales dites "répétitives" (graduelles ou minimalistes) ne le sont jamais vraiment en réalité. Ce sont des microdécalages et autres changements imperceptibles qui en font le charme et font qu'on se laisse "prendre".
De temps en temps si je peux me permettre ce petit conseil de musicien, il faudrait décaler les changements de plan sur le 2ème ou le 3ème temps ou profiter d'un accent, suivre la mélodie ou son rythme. Ce qui a été fait je crois une ou deux fois dans les scènes de dégâts de la fin, où les images suivaient le fil rythmique du petit motif au piano.


Dernière édition par Nicolas Baluteau le Dim 12 Jan 2014, 12:42; édité 9 fois
Revenir en haut
Michael Baillie
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 22 Mar 2010
Messages: 3 837
Localisation: Namur

MessagePosté le: Mer 8 Jan 2014, 13:31    Sujet du message: On The Way Of Storms - Tornado Alley - Movie Répondre en citant

Hé bien Nicolas, franchement, voilà ce que j'appelle une analyse bien fournie, tu as décelé exactement la contrainte qui existait dans mon esprit lors de la réalisation de ce film. En effet, dans ce film, j'ai voulu y apporter plusieurs facettes et je pense que malheureusement, on était tellement bien enfermé dans nos idées qu'on ne s'est pas rendu compte de l'impact que cela pourrait porter à un esprit qui ne connait absolument pas notre projet et qui découvre donc cet ensemble qui varie en contemplation, analyse du ciel, observation. Tu vois, j'ai pensé à la voix-off mais j'avais peur que cela vienne perturber le spectateur à cause d'un timbre de voix qui ne correspondrait pas etc. Je me suis dis que les annotations allaient aussi dans le sens qu'ils ne perturberaient pas le spectateur au niveau sonore. C'est vrai que ce film représente finalement notre manière de voir les choses sur le terrain suivant les éléments. Mais on a eu envie aussi de faire partager ce qui s'y passe sans y apporter nos influences ou du moins le moins possible. Il est clair que l'on en est qu'à 3 ans et demi d'existence et qu'on a donc encore beaucoup à faire. Cependant, je ne penses pas répéter l'expérience et me contenter d'opus bien plus court la prochaine fois. En 2015, à partir de la TA, je pense que quoi qu'il arrive, je ne dépasserai pas 26 minutes pour un film surtout que je me concentrerai sur certains aspect des cellules.


Le film ici est finalement expérimental et le côté fiction réside dans le fait que rien ne s'est passé comme ça. Il est vrai que je pense que j'ai réussi d'une manière impressionnante le montage car on dirait que des gens on vraiment cru que ça se passait ainsi alors que tout est "inventé" si j'ose dire au niveau de l'évolution de ce qui se passe. Cela sera bien mis en évidence lorsque tous les récits seront sur la toile. Le Severe Weather Outbreak n'a pas existé car chacune des cellules appartenaient à un jour différent et même le 31 mai 2013, celles-ci étaient concentrées sur la région d'OKC même si d'autres orages existaient quand même je pense mais je ne sais pas si on a pertinemment atteint l'Outbreak. Enfin, bref, ça c'est autre chose. Au moins, l'étalonnage a très bien fonctionné et ceux qui ont été attentif à ça auront vu qu'on possédait un teint plus tropicale (cyan) au Texas alors que celui-ci était plus désertique (rouge) à Pritchett par exemple.


Merci pour ton analyse très poussée et réaliste, si seulement ce genre d'analyse était arrivée dès le départ... Je suis content que tu fasses parties de nos membres car un esprit tel que le tient, on ne peut l'accueillir que les bras ouverts    Smile   Smile   Smile  
------------------------------
Co-fondateur et responsable de la section photos et vidéos du site Belgorage.
http://www.belgorage.com


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Nicolas Baluteau
Collaborateur de Belgorage

Hors ligne

Inscrit le: 22 Mar 2010
Messages: 527
Localisation: Villeurbanne (69), France

MessagePosté le: Mer 8 Jan 2014, 13:37    Sujet du message: On The Way Of Storms - Tornado Alley - Movie Répondre en citant

C'est peut-être parce qu'en tant que musicien et habitué aux décorticages en tout genre, j'ai pu aller au-delà du simple ressenti et gratter voir ce qui pouvait en être à l'origine. Mais il y a eu d'autres critiques très constructives aussi.
Il serait dommage en tout cas que votre 'expérience s'arrête là pour les longs-métrages. Pourquoi pas attendre que l'expérience infuse et ensuite retenter un autre projet ?

Citation:
Il est vrai que je pense que j'ai réussi d'une manière impressionnante le montage car on dirait que des gens on vraiment cru que ça se passait ainsi alors que tout est "inventé" si j'ose dire au niveau de l'évolution de ce qui se passe.
C'est vrai ça.

Revenir en haut
Michael Baillie
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 22 Mar 2010
Messages: 3 837
Localisation: Namur

MessagePosté le: Mer 8 Jan 2014, 14:17    Sujet du message: On The Way Of Storms - Tornado Alley - Movie Répondre en citant

Parce que le temps qui y a été consacré a été beaucoup trop long et travailler sur des longueurs pareilles augmente considérablement les risques de tomber dans le travers. J'ai personnellement eu des problèmes de cœur (arythmie) à force de ne dormir que 5h par nuit pendant presque trois mois car je travaillais aussi en même temps. De plus, il vaut mieux travailler sur un travail court car cela laissera le temps de le voir, revoir, re-revoir et corriger certaines choses plus facilement. Non, ce genre d'essai, c'est une fois mais pas deux sauf si je gagne à l'euromillion et que je peux y consacrer tout mon temps. J'attendrai de voir qui d'autre tentera de réaliser un tel projet que je n'ai encore jamais vu nulle part pour en bénéficier. Ici, mon essai vient de là d'ailleurs puisque je n'aime pas faire ce qui a déjà été fait  Wink
------------------------------
Co-fondateur et responsable de la section photos et vidéos du site Belgorage.
http://www.belgorage.com


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Nicolas Baluteau
Collaborateur de Belgorage

Hors ligne

Inscrit le: 22 Mar 2010
Messages: 527
Localisation: Villeurbanne (69), France

MessagePosté le: Mer 8 Jan 2014, 15:15    Sujet du message: On The Way Of Storms - Tornado Alley - Movie Répondre en citant

Ah oui je comprends mieux

Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 00:09    Sujet du message: On The Way Of Storms - Tornado Alley - Movie

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Belgorage Index du Forum -> Connaissances des orages -> Publications, conférences, livres, sites internets, documentaires,... Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
lpch_blue par Leparachute
Belgorage Index du Forum