Système multicellulaire en ligne type MCS du 27 juillet 2012

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Belgorage Index du Forum -> Photos & Vidéos -> Récits de chasses accompagnés de vos photos et vidéos - Année 2012
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Éric Dargent
Responsable de Belgorage

Hors ligne

Inscrit le: 26 Juin 2011
Messages: 757
Localisation: Saint-Mard

MessagePosté le: Jeu 20 Sep 2012, 15:16    Sujet du message: Système multicellulaire en ligne type MCS du 27 juillet 2012 Répondre en citant

Partie 1 : Récit de chasse      



Ce vendredi 27 juillet 2012 fut une journée particulièrement propices aux orages qui se présentèrent sur plusieurs régions de notre territoire en remontant de la France par le sud mais à différents moments de la journée et sous différents systèmes.

Une première vague orageuse touche la région de Beauraing en remontant sur un axe sud-sud-ouest/nord-nord-est, passant par la région de Spa et s'évacuant vers l'Allemagne. Le passage de ce système encore désorganisé sur la Belgique se soldera en un système multicellulaire très actif plus tard sur l'Allemagne. En milieu d'après-midi, une deuxième zone orageuse se présente par la frontière franco-belge au niveau de la province du Hainaut mais ces orages resteront isolés et seront peu intenses, perdant rapidement leur activité.

Quelques autres cellules isolées feront leur apparition en fin d'après-midi dans le sud du pays mais le centre de toutes les attentions se porte vite sur un système multicellulaire en ligne de type MCS arrivant du centre-est de la France et se dirigeant tout droit vers le sud-est de notre pays.

A midi, je suis du côté de Rossignol et les cumulus humilis et mediocris présent depuis quelques heures tentent petit à petit de subtiles ascensions vers le stade de congestus sans grande prétention.

12h05 - Rossignol - Cumulis mediocris et congestus
        


Il est 16h00, je suis sur les hauteurs de Rachecourt à attendre que mon dernier client reviennent de son boulot à Luxembourg et j'en profite pour capturer une première cellule isolée en formation entre Arlon et la vallée de l'Attert, à la frontière belgo-luxembourgeoise. Cette dernière n'est pas encore au stade de cumulonimbus mais son activité électrique a déjà commencé. Le système multicellulaire désorganisé du début d'après-midi est quand à lui bien plus abouti et actif une fois arrivé en Allemagne.


Crédit images : Météo Services

16h05 - Rachecourt - Orage monocellulaire en formation dans la région d'Arlon


16h10 - Rachecourt - La présence de pileus dénote une convection intense


16h10 - Rachecourt - Courants ascendants et convection profonde
    


Vers 18h45, je repasse vite fait sur les hauteurs d'Houdrigny pour un premier aperçu visuel de la situation avant d'aller manger un bout. Le ciel est encore clair au-dessus de moi et vers le nord mais l'horizon au sud semble déjà plus chahuté avec l'apparition de cumulus mediocris encore peu développées mais une nappe blanchâtre lointaine annonce un changement de temps à court terme.

18h45 - Houdrigny - Cumulus mediocris et front lointain
    


Je suis de retour à Houdrigny à 20h30 pour accueillir le système multicellulaire en ligne. Il semble vigoureux et l'atmosphère sur les cuestas gaumaises a changé depuis ma dernière observation deux heures auparavant. A l'ouest, le soleil se voile de cirrus et altocumulus, signe des perturbations qui s'opèrent entre les différentes couches atmosphériques. La particularité de ce système multicellulaire convectif de meso-échelle est qu'il est dit 'en ligne', ou 'squall line' en anglais. Les orages de ce type de système se développent et avancent de front sur une ligne de convergence, leur conférant une apparence particulière, tant sur les images radar que visuellement sur le terrain.


Crédits images : Météo Services

20h30 - Houdrigny - A l'ouest, cirrus et altocumulus...


20h55 - Houdrigny - Au sud, le multicellulaire s'approche
    


C'est à présent un système abouti et à maturité qui se présente. Le multicellulaire s'avance très rapidement et l'ambiance change vite avec la tombée de la nuit, on se croirait sur une autre planète. Cette séquence photographique retrace l'arrivée du système accompagné d'un impressionnant arcus multicouche au crépuscule.

21h15 - Houdrigny - Atmosphère changeante et mamatus malmenés


21h34 - Houdrigny - Le front du système en ligne apparaît peu à peu par le sud


21h43 - Houdrigny - Un impressionnant arcus multicouche se développe


21h45 - Houdrigny - L'arcus survole la région virtonaise


21h46 - Houdrigny - Arcus et dernier rayon de clarté avant le déluge
    


La cellule qui se présente à moi le long de cette ligne d'orages est à maturité et très vigoureuse. Le vent s'est levé plein nord, le système arrivant par le sud-sud-ouest est en train d'aspirer tout l'air chaud et humide se trouvant devant lui. Les cuestas vont littéralement être noyées sous son rideau de pluie noirâtre s'illuminant aléatoirement de flashs diffus alors que l'arcus multicouche accompagné d'un puissant front de rafale s'apprête à souffler la région. Je ne subis pas encore directement les effets de l'orage mais sa vision et les impressions ressenties ne me rassure guère, Je pense instantanément à tous les gens en camping, en sortie ou ballade et à tous ces camps de scout que j'ai pu voir à l'orée des bois de la région. Et c'est également à ce moment là que je peux commencer à distinguer les premiers gyrophares des services de secours s'afférer du côté de Montquitin et Couvreux. Cela n'est pas visible sur ces clichés redimensionnés mais bien sur ceux en taille réelle. Je fus encore moins rassuré de voir que seul l'arcus principal avait déjà survolé cette zone, le rideau de pluie du courant descendant arrière et le gros de l'activité électrique allait seulement se déchaîner d'ici peu. Je fus donc convaincu dès les premiers instant que j'allais vivre un épisode intense sur la région et que celui-ci allait laisser des traces.

21h47 - Houdrigny - Arcus multicouche et puissant front de rafale survolant le sud de la Gaume


21h47 - Houdrigny - L'épais courant descendant noirâtre s'apprête à engloutir le relief


21h47 - Houdrigny - Arcus, front de rafale et courant descendant


21h48 - Houdrigny - Air, eau, feu et terre se confondent...


21h48 - Houdrigny - Panoramique à 180° de la cellule touchant Virton et ses alentours méridionaux.
    


Cinq minutes plus tard, l'arcus me survole et j'assiste à un véritable 'wind reverse' à l'arrivée du front de rafale. Le vent se retourne instantanément à 180° et se met à souffler intensément et continuellement mais avec cependant des bourrasques plus violentes par moment. Je me retranche vite dans mon véhicule qui se fait secouer comme un prunier pendant 2-3 minutes puis le vent se calme soudainement alors que la luminosité tombe à zéro. Le relief disparaît totalement et seules quelques lumières artificielles et ombres arboricoles proches persistent lors d'éclairs diffus. Un bruit assourdissant et constant se fait entendre, les sons mêlés de vents, de pluie et de roulements d'impacts en approche laissent présager une suite des évènements mouvementées.

21h53 - Houdrigny - Le paysage disparaît progressivement sous le rideau de pluie


21h57 - Houdrigny - Finalement, le courant descendant noie complètement le relief
    


Le courant descendant m'atteint deux minutes plus tard. C'est un véritable déluge, accompagné de bourrasques et rafales qui s'abattent sur ma position. Les impacts vont bon train mais sont noyés dans le rideau de pluie comme à l'approche du système une demi-heure auparavant. Il m'est difficile de capturer l'activité électrique qui frappe à présent dans toutes les directions, je garde le cap vers le sud mais la première cellule constituant le système en ligne est déjà au-dessus de moi.


Crédits images : Météo Services

21h59 - Houdrigny - Flashs diffus au coeur de l'orage


22h02 - Houdrigny - intra ou inter-nuageux, difficile à dire dans ces conditions


22h04 - Houdrigny - Inter-nuageux diffus dans le courant descendant


22h06 - Houdrigny - Inter-nuageux
    


Après une vingtaine de minutes de déluge, d'impacts et rafales, les cieux s'apaisent quelque peu. Les précipitations s'amoindrissent et le champ visuel augmente à nouveau. Cependant; le système se déplace très vite et il m'est difficile de bien me positionner. Je vais avoir finalement plus de chance pour capturer son activité kéraunique par l'arrière, alors que la partie la plus active du MCS s'éloigne peu à peu. Toutes les formes d'éclairs s'entremêlent, les intra-nuageux, inter-nuageux, les spiders et les impacts nuage-sol.

22h24 - Houdrigny - Coup de foudre descendant négatif


22h26 - Houdrigny - Les inter-nuageux s'étendent sur des kilomètres


22h34 - Houdrigny - Il est tombé là, mais aurait très bien pu tomber ici


22h35 - Houdrigny - Deux impacts descendants négatifs proches et simple impact lointain


23h41 - Houdrigny - Panoramique, relief et spiders à l'arrière du MCS



Crédits images : Météo Services    


Le ciel devient plus clément et je suis encore un peu euphorique de ce qui vient de se passer au-dessus de ma tête. Je tourne quelques temps dans les environs pour constater de multiples dégâts mineurs à la végétation, dont quelques arbres malmenés et couchés à quelques centaines mètres de ma position. Le système s'éloigne vers le nord-est et je décide de tester un poste qui ne m'avait jusqu'à lors jamais réussi mais les flashs bien visibles derrière la frontière française à l'est me donne bon espoir pour clôturer cette traque. Je ne resterai finalement pas longuement sur place, sachant le travail de recherches et enquêtes qui allait m'attendre dans les prochains jours.

28/07/12 - 00h32 - Tellancourt - Inter-nuageux à l'arrière du système


28/07/12 - 00h30 - Tellancourt - Inter-nuageux - Le MCS s'éloigne parmi les étoiles
    


Partie 2 : Recherches et analyses    



Avant propos :

Dès lendemain de cette soirée du 27 juillet 2012, les médias belges font tous leur une sur cet épisode orageux. Les grands mots qui ne veulent rien dire sont vite utilisés et l'on peut ainsi retrouver le terme "mini-tornade" dans les gros titres. Cà n'existe pas, mais çà fait vendre! Quoiqu'il en soit, on va ici employer les bons termes mais avant, et surtout, effectuer une bonne analyse objective sur terrain qui nous permettra de mieux comprendre et donc, de peut-être identifier ce qu'il s'est réellement passé. Etant témoin numéro un de l'évènement, je n'ai pas vu de 'tornade' aussi petite soit-elle. Mais passons, car ma vue est loin d'être perçante et je n'ai pas encore une acuité visuelle me permettant de voir à travers les rideaux de pluie. De mon côté, visuellement je peux dire avoir vécu un moment intense et exceptionnel pour la région certes, mais surement pas unique et cataclysmique! Le front de rafale fut puissant et soutenu, m'obligeant à me replier dans mon véhicule 2-3 minutes avant les précipitations. Je fus secouer au passage de l'arcus mais également un peu plus tard lorsque la cellule se trouvait au-dessus de moi. Le courant descendant était également soutenu mais les vents se firent plus imprévisibles et irréguliers, Ils frappaient par rafales accompagnées de lames d'eau.


a - Dégâts dus au vent   



L'échelle employée ici est celle de TORRO, échelle choisie par notre collectif pour étudier et classifier tout les cas de vents forts liés aux orages hors contexte tornadique où nous utilisons celle de Fujita.
Cette échelle de TORRO permet d'étudier les dégâts infligés à la végétation, aux bâtiments et autres, afin de déterminer des plages de vitesse de vent en l'absence de moyens de mesures. Cette échelle a été établie par Terence Meaden de la TORnado and storm Research Organisation (TORRO).

Carte des évènements recensés


Crédits images : Google Map

La numérotation correspond aux études cas, les départs de flèche représentent les lieux et le sens
détermine l'orientation des dégâts observés   


1 - Houdrigny - Chemin champêtre rejoignant Belle-vue


   


Ici les dégâts sont minimes, seules la végétation frêle s'est avachie dans le sens du vent qui n'est autre que celui du sens de déplacement de la cellule. Ces dégâts sont donc imputables à un front de rafale où à une microrafale dont la très faible intensité n'aura pu laisser de trace d'écrasement d'une masse d'air au sol. L'intensité la plus faible, soit T0 avec des vents compris entre 67 et 84 km/h est retenue pour cet évènement mais il faut admettre qu'un vent de 50km/h aurait été capable d'occasionner ces dégâts. Les herbes couchées vers le nord-nord-est dans le bosquet de droite et ses alentours à flanc de colline m'a été impossible à photographier par manque accès et de luminosité pour faire ressortir cet effet en photographie mais cette observation n'est pas anodine. Les herbes courtes et moyennes ont tendance se redresser rapidement après une bourrasque or ici, plus de 12h après les évènement, les herbes restent couchées, signe d'un vent continu qui les a plaqué au sol assez longtemps pour qu'elles gardent cette position. La thèse d'un front de rafale ou d'un courant descendant soutenu semblent donc les plus plausibles pour cet évènement.

2 - Belle-vue - Chemin champêtre entre Belle-vue et Houdrigny


        


Quelques centaines de mètres plus loin, dans un creux entre deux collines, un autre bosquet a subi quelques dégâts. En fait, seul un arbre s'est couché, cassant quelques congénères de plus petite taille à mi-hauteur dans sa chute. Un regard plus attentif sur les racines radiculaires de cet arbre permet de voir des cassures nettes mais surtout des zones plus sombres au milieu qui semble en piteux état. On peut en conclure que cet arbre était très certainement malade et qu'il ne fallut pas des vents exceptionnels pour en venir à bout. Toutefois, et conformément aux descriptions de Terence Meaden pour établir un ordre de grandeur, ce cas doit être classé T1 soit des vents 88 à 116km/h mais le fait que uniquement cet arbre se soit déraciner alors que ceux autour n'ont subit aucune séquelle apparente aussi petite soit-elle laisse penser que cet arbre est tombé 'facilement' et que l'on doit se trouver à la limite basse de cette intensité T1. L'arbre est tombé dans la trajectoire de l'orage et aucun signe d'écrasement ou vortex horizontal trahissant une rafale descendante n'est visible. Ce cas pourrait donc être imputable à un front de rafale.

3 - Virton - Rue de Rosière reliant Virton à Houdrigny




4 - Virton - Rue de Rosière reliant Virton à Houdrigny


        


Cette route perpendiculaire à la trajectoire de l'orage est longée par de multiples arbres et arbrisseaux en ligne, la protégeant des vents et pluies du sud-ouest et offrant de l'ombre en période estivale. La zone derrière cette ligne végétale est culminante et champêtre, n'offrant aucune résistance au vent. Quelques arbres de petites tailles sont marqués et d'autres ont cédé dans le sens de déplacement de la cellule et les dégâts restent somme toute minimes même si les pompiers ont dû intervenir pour dégager la route. Le sens de chute des arbres cassés où la direction prise par ceux marqués correspond à la trajectoire de l'orage et le dégâts s'étendent sur toute la partie boisée de la route, soit 300 mètres. Ainsi l'intensité T0 est la plus appropriée pour ce cas qui a de toute évidence été causé par un front de rafale soutenu ou une microrafale mais la trajectoire, l'étalement ainsi que l'absence d'écrasement omnidirectionnel font pencher la balance vers le front de rafale.

5 - Gomery - Rue des Fusillés reliant Gomery à Ethe








        


C'est une grosse branche d'un arbre isolé qui a fait les frais de l'orage qui attire mon attention. La branche est tombée dans le sens de déplacement de la cellule, une analyse de la cassure ainsi que la multitude d'autres rameaux jonchant le sol dans la même direction me confirme qu'il s'agit bien de dégâts du vent et non d'un impact. La branche semblait cependant en mauvais état et assez fragile. Les herbes couchées, bien qu'influencées par la topographie du terrain, confirme aussi la présence d'un vent soutenu unidirectionnel. Aucun signe d'écrasement omnidirectionnel aux alentours ne vient donc contredire la thèse d'un front de rafale. D'ailleurs, comme indiqué par les flèches bleues claires, d'autres dégâts sont visibles non-loin de là dans la même direction (analyses 6 et 7). Ici, les forces en jeu ont pu atteindre l'intensité T0 au sommet de cette colline mais c'est plus loin et plus bas que les dégâts sont plus important, et avec la thèse du front de rafale, ce fait topographique n'est pas anodin, nous y reviendront plus tard.

6- Gomery - Rue des Fusillées reliant Gomery à Ethe


        


Quelques centaines de mètres plus loin, des chutes de branches et d'arbres à l'orée du bois de Gomery ont nécessité l'intervention des pompiers pour dégager la chaussée. Un arbre de 15-20cm de diamètre est cassé à 2m de hauteur, d'autres ont des branches de tailles moyennes partiellement ou entièrement cassées. Le sens de chute correspond une nouvelle fois au sens de déplacement de la cellule. Les dégâts n'excèdent pas l'intensité T1 mais le fait que le vent atteignait une intensité T0 quelques centaines de mètres en amont et plus haut dénote une accélération de celui-ci vers l'aval sous l'effet venturi. Cette thèse n'est bien entendu valable que dans le cadre de dégâts consécutifs au même évènement, c'est-à-dire à un front de rafale (et non à deux microrafales distinctes) et la réponse peut se trouver quelques mètres plus loin...

7 - Gomery - A proximité de la rue des fusillés




        


Ici, deux sapins ont été cassés, écorchant ou brisant d'autres dans leur chute. Le vent a effectué une percée dans le bois près d'une zone marécageuse où la densité de conifères est beaucoup plus faible sur un rayon de 40m, à l'endroit même du marais. Dans ce contexte, un sapin s'est également déraciné près des marais mais ceux à l'orée du bois sont brisés à quelques mètres de hauteurs. Tous sont tombés dans le sens de déplacement de la cellule. Suivant l'échelle de TORRO, ces dégâts pourraient ce trouver entre l'intensité T1 et T2 qui signifierait tout de même des vents entre 117km/h et 148km/h mais vu l'apparente mauvaise santé de certains sapins et le milieu dans lequel ils évoluent, l'intensité T1, soit des vents compris entre 88 et 116km/h semble plus appropriée pour classifier ce cas. On se trouve ici en contrebas d'une colline et avec les autres dégâts analysés à proximité, la thèse du front de rafale reste à nouveau la plus plausible.

8 - Latour - Rue Baillet Latour en direction de Signeulx


        


Arbustes et branches cassés vers le nord-nord-est, ce taillis perpendiculaire à l'avancée de l'orage et dégagé car bardé de champs a quelque peu souffert. L'intensité T0 a pu être atteinte mais les dégâts sont très limités, une bourrasque plus importante du courant descendant pourrait être à l'origine de ceci mais la direction prise par la végétation est significative et penche en faveur d'un front de rafale.

9 - Torgny - Rue Grande reliant Torgny à Velosnes (France)


        


Sur le parking du terrain de foot de Torgny, des centaines de feuilles, brindilles, rameaux et branchent jonchent le sol en direction du nord-nord-est, quelques petits arbustes sont marqués ou cassés. Il s'agit à nouveau de ligne de végétation perpendiculaire à la trajectoire de l'orage, au pied de la Chiers en zone dégagée. L'intensité T0 à peut-être pu être atteinte mais il faut admettre qu'on se trouve à limite basse de cette échelle. Les causes peuvent être une simple rafale ou un front de rafale mais la quantité de végétation au sol laisse penser à un vent qui a dû avoir suffisamment le temps d'arracher assez de rameaux de cette petite ligne de végétation que pour en étendre sur plusieurs centaines de mètres carrés. La direction du vent et les conséquences semblent donc accréditer la thèse du front de rafale mais retenons qu'une bourrasque soutenue du courant descendant ou microrafale puisse également être à l'origine d'un tel phénomène même si aucune preuve d'écrasement significative n'était perceptible aux alentours.

10 - Torgny - Rue de l'Ermitage




Crédit image : Google Maps        


Autre dégât sur un arbre malade sur le haut de Torgny. Difficile de déterminer à quel type d'évènement est imputable ceci car à voir Google Maps, l'état de cet arbre est pitoyable depuis déjà quelques temps. Une simple bourrasque ou rafale peut être à l'origine de cette chute. Aucune classification n'est donc possible.

11 - Couvreux - Rue des Pignons, en longeant la frontière


        


Sur les hauteurs de Couvreux, le long de la frontière française, de multiples rameaux provenant du bois derrière jonchent les prés. Ils sont sur la trajectoire de l'orage, la petite taille des végétaux ne permet pas une identification mais une classification sur l'échelle de TORRO est possible, de nombreux phénomènes avec une très faible intensité peuvent être à l'origine de ce type de dégâts mais l'intensité T0 est retenue et une nouvelle fois dans la limite basse de cette graduation.

12 - Couvreux - Rue des Pignons, en longeant la frontière


        


Ces étalements de blé chirurgicaux dénotent des écrasements de masses d'air intenses mais très localisées. Ce fait est très difficile à classer, il peut être survenu lors de bourrasques plus importantes au sein d'un front de rafale. Il peut être aussi dû à des couloirs d'accélération (ou burst swath) qui auraient marqué les blés au sein d'une microrafale de faible intensité qui elle, ne les aurait pas marqué. Ou bien encore par des bourrasques plus importantes dans le courant descendant de flanc arrière (RFD) de la cellule mais l'unique direction dans la trajectoire de la cellule de plusieurs étalements identiques éparpillés sur plusieurs champs adjacents de grandes superficies laisse peu de chance à cette dernière hypothèse. La meilleure classification serait T0 à T1 mais sans garantie sur le type d'évènement rencontré.

13 - Sommethonne - Rue aux mottes, reliant le village à Gérouville


        


14 - Sommethonne - Rue aux mottes, reliant le village à Gérouville




        


Dans ce bosquet très encaissé, seuls les arbres le surplombant ont subi des dégâts, principalement les peupliers. certains sont marqués et l'un ou l'autres déracinés mais la plupart sont brisés net. Ces arbres en pleine forme ont été littéralement soufflés, l'intensité T2 est capable de tels dégâts se qui signifie des vents de 117 à 148km/h. Ce n'est pas négligeable et l'on peut supposer que l'encaissement de l'endroit a sûrement bénéficié de l'effet venturi, un front de rafale ou une rafale de faible intensité auraient pu voir leurs vents renforcés par la topographie, l'axe de la vallée se trouvant de sens d'avancée de l'orage. Une microrafale descendante pourrait être à l'origine de ces dégâts même si aucune trace de vortex horizontal n'est visible, même à l'intérieur du bosquet. Le front de rafale est donc très probable également, il aurait souffler assez fort, renforcé par la vallée et aurait atteint assez de force que pour briser tout ce qui dépassait du bosquet feuillus et dense sans pour autant le pénétrer et fragiliser d'autres arbres à l'intérieur de celui-ci.

15 - Limes - Route de la Soye, reliant Limes à Bellefontaine ou Jamoigne.


        


Traces incontestables de vortex horizontal et d'écrasement, ce cas est atypique en comparaison aux analyses précédentes pour cet épisode orageux. Il n'en est néanmoins pas aisé de classifier cet évènement pour diverses raisons. Une nouvelle fois, le vent fort est arrivé par le sud-ouest, pile dans l'axe de la vallée de la Soye. Les clichés laissent de prime à bord penser à une rafale descendante, type 'microrafale'. Les arbres sur les flancs extérieurs sont couchés ou brisés à 90° (flèches bleu clair) alors que le reste file tout droit vers le nord-est. Pas de signe d'écrasement omnidirectionnel mais si l'on prend l'hypothèse de la microrafale, celle-ci aurait bien pu toucher le sol à l'orée de ce bois, ne laissant pas de traces significatives de 'l'arrière' du vortex qui se situerait alors en zone dégagée. Dans l'hypothèse d'un front rafale, on se retrouverait alors dans le même cas qu'à Sommethonne en zone très encaissée avec un effet venturi. Cette hypothèse tient aussi la route malgré le vortex horizontal visible, il en découle même, en suivant la topographie du terrain. En effet, la cellule est arrivée par l'aval, la masse d'air constituant le front de rafale a donc pu pousser une grosse quantité d'air dans la vallée qui se resserre et remonte. L'air a dû s'engouffrer dans un début de vallée dégagée puis frapper cet obstacle que représente que le début du bois, fuyant comme le ferait tout fluide dans cette situation, où la place le permet. Soit en avant et sur les côtés, mais aucunement en arrière. A la vue du nombre d'arbres déracinés, brisés ou soufflés, l'intensité T2 est retenue bien que le phénomène ne soit encore classifié avec certitude entre microrafale et front de rafale mais cela ne va pas durer...

16 -Limes - Route de la Soye, reliant Limes à Bellefontaine ou Jamoigne.


        


Au même endroit le long de la route, et malgré l'intervention des pompiers pour tout dégager, les stigmates végétaux sont encore bien présents. Ici les dégâts sont plus important encore, la végétation est trop dense, entremêlées et enchevêtrée pour que je puisse tirer des clichés assez explicites de l'effet d'écrasement et vortex horizontal à l'intérieure du bois mais il est visible 'in situ'. Les arbres sont enchevêtrer dans toutes les directions dans la zone de l'impact au sol initial mais ils sont tous tombés dans le même sens par la suite, dans la trajectoire du phénomèe et vers la route. On peut donc conclure avec quasi certitude que ces dégâts sont dus à une microrafale, d'une centaine de mètres de large ayant frapper en premier les deux zones étudiées et s'étant déplacée dans la trajectoire de l'orage, en remontant la vallée, ne laissant que quelques dégâts minimes en amont mais dont l'intensité maximum aura tout de même atteint T2 lors de son écrasement initial au sol.


b - Dégâts dus à la foudre        



Comme vu dans la partie récit de chasse, la foudre fut très active lors de ce multicellulaire en ligne. Un fait marquant dans la région, relayé par les médias, fut une cheminée détruite à Dampicourt par un impact et nécessitant l'intervention des services de secours. Par le fruit du hasard 'professionnel', je me suis retrouvé à cette adresse quelques jours plus tard pour lever un dérangement de la ligne de téléphone suite à cet impact.  Les dégâts sur l'architecture extérieure sont impressionnants, le blast de l'impact a soufflé et projeté des briques de la cheminée qui ont chuté dans la cour arrière et la véranda.









   


Les faits : La cheminée à été éventrée par l'impact, des briques sont tombées en occasionnant des dégâts dans leurs chutes. Le différentiel n'a pas déclenché, seul le moteur de la porte de garage a grillé ainsi que quelques dégâts mineurs sur le réseau téléphonique et c'est la maison mitoyenne d'un côté qui subit la plupart des dégâts électriques.

Analyse : La foudre a utilisé la cheminée comme point de contact au sol, certainement attirée par un traceur ascendant issu d'une arrête de cette dernière. La compression de l'air à l'intérieur de la cheminée ainsi créé par le blast de l'impact a dû la faire céder à un endroit mécaniquement plus faible qui fut ici un angle. Cette observation est marquée par les flèches sur le deuxième cliché. Electriquement parlant, on peut seulement y aller à la supposition mais le fait que le différentiel n'ai pas déclenché avec peu de dégâts alors que la maison d'à côté s'en est beaucoup moins bien sortie signifie que le courant à fuit de ce côté sans créer une différence de potentiel assez importante avec la terre de la maison impactée par la cheminée. On peut donc en déduire que si la foudre a bel et bien touché la cheminée en hauteur, elle est arrivée au sol au niveau de la terre de la maison d'à côté qui en a subi les conséquences. Les cornières sont, par exemples, des éléments probables de fuites vers les maisons adjacentes. Autre conséquence, la chute des briques à briser à plusieurs endroit la véranda, heureusement vide au moment des faits. On comprend vite ici le type de blessures graves indirectes qui peuvent survenir à la suite d'un impact en milieu urbain. La cheminée a bien entendu été démontée par les pompiers le soir même pour éviter tout risque d'effondrement. A noter qu'outre les dégâts à la véranda et dans la cour, le toit et la lucarne ont souffert également de la chute de briques avec des infiltrations d'eau.


c - Dégâts des eaux        



Peu d'informations sur ces dégâts à l'heure où j'écris ces lignes mais quelques flash flood et coulées de boues mineures ont nécessité l'intervention des pompiers dans la région. Plus d'informations prochainement.


d - Conclusions        



La région de Virton à été frappée par un vigoureux front de rafale d'une intensité T0 à T2 sur l'échelle de Torro et seules les localités de Limes, Couvreux (et peut-être Sommethonne) ont été frappées par des microfales d'intensités T0 à T2 également. Les dégâts se sont concentrés en milieu naturels et n'ont occasionné aucune nuisance urbaine si ce n'est quelques routes à dégager suite aux chutes d'arbres. L'activité électrique a été intense et de nombreux dégâts ont été causés en milieu urbain sur les réseaux électriques, de télédistributions et téléphoniques tant dans le domaine publique que dans les bâtiments et maisons privées. Divers dégâts des eaux ont également obligé les pompiers à intervenir pour des flash flood et coulées de boue mineures.
Cet épisode orageux entre donc dans la catégorie 'intensité' des orages frappant régulièrement notre territoire et n'est donc en rien exceptionnel. La seule chose que l'on peut qualifiée d'exceptionnel est le passage de la première cellule très active au sein du système qui s'est présentée puis engagée au-dessus des cuestas bajocienne et charmoutienne de la vallée de la Vire et du Ton alors que celle-ci ont généralement tendance à 'glisser' sur les flancs extérieurs des cuestas, protégeant Virton et ses alentours. La maturité de la cellule à ce moment là fait qu'elle a très certainement boosté localement le front de rafale du sytème (qui s'étendait sur plusieurs dizaines de kilomètres) lors de son passage sur les communes de Rouvroy, Meix-devant-Virton, et Virton vu que les régions alentours n'ont pas subi de dégâts significatifs. Les microrafales de Limes et Couvreux sont des effets directs du courant descendant avant de la cellule active, l'écrasement local d'une masse d'air vers l'avant est nette. On retiendra donc dans l'ensemble un épisode orageux marqué par un front de rafale soutenu accompagné de quelques microrafales de faible intensité ainsi qu'un niveau kéraunique intense.

Cependant, une petite clarification s'impose concernant toutes les hypothèses du front de rafale. Pourquoi un front de rafale, pourquoi je reste, et là je deviens subjectif, sur le front de rafale comme cause principale de tous ces dégâts? Parce qu'étant témoin de la scène, et possédant les clichés en haute résolution, je peux garantir que les services de secours de Virton étaient déjà en train d'évacuer des camps de scouts malmenés par les vents alors que l'arcus venait seulement de les survoler. Le courant descendant accompagné de son rideaux de pluie et d'éclairs les a touché quelques minutes plus tard, en pleine évacuation. Dans le récit, je décris également le moment où l'arcus me survole et m'oblige à me replier dans mon véhicule, ce qui est exceptionnel car je préfère d'habitude profiter encore pleinement de ces quelques minutes d'élan d'air frais qui survient après une atmosphère chaude et humide pesante qui précède souvent l'arrivée des orages en cette saison et avant que le rideau du courant descendant avant m'atteigne. Voilà donc pourquoi je suis intimement convaincu que la plupart de ces dégâts sont dus à un front de rafale.


Remerciements :

Je tiens à remercier Mr Jean pour toutes les informations, descriptions et photos qu'il a mis à ma disposition concernant la partie foudre du dossier et Mr Collignon du service de secours de Virton pour les informations géographiques qu'il m'a fourni lorsque l'on s'est croisé. J'en profite également pour remercier Olivier qui me laisse utiliser ces champs comme terrain de chasse. Merci à tous! Okay       

------------------------------
Membre responsable de la section "Phénomènes orageux - Recherches et analyses"
Membre de l'association Keraunos
"Ceux qui sont pour la liberté sans agitation sont des gens qui veulent la pluie sans orage" Marc Twain


Dernière édition par Éric Dargent le Ven 30 Nov 2012, 00:25; édité 8 fois
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Jeu 20 Sep 2012, 15:16    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Michael Baillie
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 22 Mar 2010
Messages: 3 837
Localisation: Namur

MessagePosté le: Jeu 20 Sep 2012, 16:57    Sujet du message: Système multicellulaire en ligne type MCS du 27 juillet 2012 Répondre en citant

C'est un récit EX-TRA-OR-DI-NAIRE !!! Bravo pour ce travail exemplaire ! Ce n'est pas souvent qu'on trouve à la fois un récit et une analyse pareille qui suit Wink

C'est vraiment le top niveau que tu nous offres là !
------------------------------
Co-fondateur et responsable de la section photos et vidéos du site Belgorage.
http://www.belgorage.com


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Philippe Talleu
Collaborateur de Belgorage

Hors ligne

Inscrit le: 18 Avr 2010
Messages: 474
Localisation: Esquelbecq Nord de la France

MessagePosté le: Jeu 20 Sep 2012, 20:35    Sujet du message: Système multicellulaire en ligne type MCS du 27 juillet 2012 Répondre en citant

Ce n'est pas un récit, c'est un livre, bravo pour tout, les photos et aussi la patience de construire un tel sujet Shocked
------------------------------
www.yserphoto.com
https://www.facebook.com/pages/Philippe-Talleu-Photographe/450711748323848


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Jean Yves Frique
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 21 Mar 2010
Messages: 5 006
Localisation: Leuze en Hainaut

MessagePosté le: Jeu 20 Sep 2012, 21:07    Sujet du message: Système multicellulaire en ligne type MCS du 27 juillet 2012 Répondre en citant

C'est même la première fois que je lis un tel récit sur un forum ! Franchement, c'est extraordinaire de voir une telle motivation pour réaliser un sujet aussi détaillé Amazed

Un seul mot à dire: bravo Okay Okay Okay
------------------------------
Co-fondateur et responsable prévisionniste du site Belgorage:
http://www.belgorage.com/


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Jean Yves Frique
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 21 Mar 2010
Messages: 5 006
Localisation: Leuze en Hainaut

MessagePosté le: Ven 21 Sep 2012, 07:47    Sujet du message: Système multicellulaire en ligne type MCS du 27 juillet 2012 Répondre en citant

Je pense même que les dégâts étudiés par notre ami Eric méritent un dossier sur le site Wink

On pourrait l'intituler "Analyses des dégâts observés après le passage des orages du 27 juillet 2012 en Gaume"
------------------------------
Co-fondateur et responsable prévisionniste du site Belgorage:
http://www.belgorage.com/


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Michael Baillie
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 22 Mar 2010
Messages: 3 837
Localisation: Namur

MessagePosté le: Ven 21 Sep 2012, 10:55    Sujet du message: Système multicellulaire en ligne type MCS du 27 juillet 2012 Répondre en citant

En effet mais je pense que l'on peut se limiter au nom : "Orages du 27 juillet 2012" comme pour les autres dossiers Wink
------------------------------
Co-fondateur et responsable de la section photos et vidéos du site Belgorage.
http://www.belgorage.com


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Éric Dargent
Responsable de Belgorage

Hors ligne

Inscrit le: 26 Juin 2011
Messages: 757
Localisation: Saint-Mard

MessagePosté le: Ven 21 Sep 2012, 15:56    Sujet du message: Système multicellulaire en ligne type MCS du 27 juillet 2012 Répondre en citant

Merci pour les commentaires! Okay J'avais dis dès le départ que se serait un gros morceau et qu'il faudrait un peu de patience, mais après deux mois d'enquêtes, d'analyses, de traitements et de mise-en-page, je dois avouer que je ne pensais vraiment pas passer autant d'heures à la conception de ce dossier mais je suis assez satisfait du résultat final bien qu'il manque encore quelques bribes d'informations à ajouter pour le compléter définitivement. Mais vu le temps qui passait, je me suis dis qu'il serait déjà intéressant de le poster ainsi. Wink

Ceci dit, merci de vouloir le placer dans la section 'dossiers', çà donne la motivation, l'envie de continuer! Smile Plus qu'à attendre le prochain déluge en Gaume... Razz

Mais blague à part, c'est parce que l'évènement à été suivi par mes soins de ses prémices jusqu'à sa fin et que les dégâts étaient assez conséquents et visibles que pour permettre une analyse post-évènementielle poussée que je me suis donné les moyens d'effectuer pareille enquête. Je ne dis pas que c'est la première et la dernière fois, loin de moi cette idée! Mais le fait est qu'il est assez exceptionnel d'intercepter un front vigoureux au moment pile où une cellule en son sein atteint sa maturité et son apogée, on rejoint l'emblématique casse-tête du chasseur d'orage d'être au bon endroit au bon moment mais sur ce coup-ci, s'était bien le cas pour moi! Very Happy
------------------------------
Membre responsable de la section "Phénomènes orageux - Recherches et analyses"
Membre de l'association Keraunos
"Ceux qui sont pour la liberté sans agitation sont des gens qui veulent la pluie sans orage" Marc Twain


Revenir en haut
Samina Verhoeven
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 23 Mar 2010
Messages: 233
Localisation: Namur

MessagePosté le: Dim 23 Sep 2012, 10:43    Sujet du message: Système multicellulaire en ligne type MCS du 27 juillet 2012 Répondre en citant

Un récit vraiment passionnant à lire. Un superbe travail que tu as fait là, les photos traduisant bien les faits et l'ambiance de cet orage. GOOD JOB  Okay
------------------------------
Co-fondatrice et responsable de la section photos et vidéos du site Belgorage
http://www.belgorage.com


Revenir en haut
Robert Vilmos
Membre du forum

Hors ligne

Inscrit le: 23 Mar 2010
Messages: 1 069
Localisation: Bruxelles

MessagePosté le: Dim 23 Sep 2012, 11:14    Sujet du message: Système multicellulaire en ligne type MCS du 27 juillet 2012 Répondre en citant

Bien que j'aie déjà survolé ton récit en étant au boulot, ce n'est que maintenant que j'ai eu le temps – et le plaisir surtout – de le lire en détail et d'examiner toutes tes photos.

Toutes mes félicitations pour l'exhaustivité de ton récit, de tes photos et de ton analyse, le vécu complet de la chasse de cet épisode orageux, avant, pendant et après.


Revenir en haut
Cathy
Membre du forum

Hors ligne

Inscrit le: 24 Sep 2012
Messages: 21
Localisation: Charleroi

MessagePosté le: Ven 28 Sep 2012, 22:08    Sujet du message: Système multicellulaire en ligne type MCS du 27 juillet 2012 Répondre en citant

Okay C'est vrai, quel boulot! Merci pour ce récit et tous ces détails.
Étant débutante, je l'apprécie encore  plus Smile
L'arcus était superbe.. Wink


Revenir en haut
Éric Dargent
Responsable de Belgorage

Hors ligne

Inscrit le: 26 Juin 2011
Messages: 757
Localisation: Saint-Mard

MessagePosté le: Mer 24 Oct 2012, 21:29    Sujet du message: Système multicellulaire en ligne type MCS du 27 juillet 2012 Répondre en citant

Merci Cathy! Smile  Je trouve aussi que l'arcus est une (si pas la) pièce maîtresse de ce dossier coté esthétique! Wink
------------------------------
Membre responsable de la section "Phénomènes orageux - Recherches et analyses"
Membre de l'association Keraunos
"Ceux qui sont pour la liberté sans agitation sont des gens qui veulent la pluie sans orage" Marc Twain


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 19:51    Sujet du message: Système multicellulaire en ligne type MCS du 27 juillet 2012

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Belgorage Index du Forum -> Photos & Vidéos -> Récits de chasses accompagnés de vos photos et vidéos - Année 2012 Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
lpch_blue par Leparachute
Belgorage Index du Forum